La Vague Hokusai au Grand Palais

La Vague Hokusai au Grand Palais
Du 1er octobre 2014 au 25 janvier 2015, une grande partie de l’œuvre de Hokusai est exposée au Grand Palais à Paris.

310px-The_Great_Wave_off_Kanagawa

Silver se met au Bleu cette semaine, mais Hokusai lui, s’y est dans sa célèbre série des Trente-six vues du Mont Fuji, grâce au bleu de Prusse, importé directement des Pays Bas. C’est dire que Hokusai était lui aussi très tendance, dans une lignée « avant-gu’art-diste ».

Il a touché à tous les sujets et à tous les supports. Avec une carrière extrêmement diversifiée et protéiforme, Katsushika Hokusai a toujours été considéré, de son vivant et jusqu’à ce jour, comme le plus grand maître des arts japonais traditionnels.

Cet artiste japonais dont la carrière s’exerce entre le XVIIIe et le XIXe siècle, maîtrisait tous les médiums artistiques en vigueur au Japon, de la peinture à l’estampe, en passant par le kakemono (peinture sur tissus).

L’exposition consacrée à Hokusai au Grand Palais du 1er octobre 2014 au 25 janvier 2015 rend un bel hommage au grand artiste japonais. Le parcours de l’exposition est divisé chronologiquement, selon les grandes étapes de la carrière de Hokusai, afin de mieux apprécier les évolutions de son style et la progression de son art. Les quelques cinq cent œuvres présentées sont choisies avec soin et rendent bien compte de l’incroyable diversité du travail de l’artiste.

Scènes de genres, paysages, fictions populaires, éventails peints et icônes de la culture bouddhistes y sont mêlés pour le plus grand plaisir des visiteurs. Outre la présence de certaines de ses œuvres les plus célèbres et emblématiques, comme La Vague au large de Kanagawa, extraite des Trente-six vues du Mont Fuji ; on appréciera aussi la présentation des carnets de croquis personnels de l’artiste, qui constituent, en eux-mêmes, de petits chefs-d’œuvres de dessin.

On ne peut que s’étonner devant l’extraordinaire quantité de pièces, que l’artiste a produit sur une durée d’à peu près cinquante ans. Ces œuvres sont incontestablement d’une grande qualité, aussi bien dans le traitement du dessin que de la couleur. Même les productions les plus modestes et les plus simples sont d’une grande force et nous laissent entrevoir l’étendue de la maîtrise et du talent dont fait preuve Hokusai. L’artiste s’affirme par une grande finesse dans le choix des compositions, dans lesquelles aucun élément ne semble superflu, ainsi que dans les coloris de ses peintures et de ses estampes. Au travers des œuvres présentées, le public peut percevoir les subtiles évolutions qui se manifestent au fil des décennies, dans l’œuvre de Hokusai.

Loin de se cantonner à l’art japonais, il a aussi su intégrer à son style les nouveautés introduites par l’art occidental, ainsi que par l’art chinois. Mais ce qui frappe le plus est son incroyable inventivité ; de nombreuses estampes nous présentent des créatures fantastiques et spectrales, nées d’une imagination fertile, souvent pour illustrer des contes populaires, et qu’un esprit occidental n’aurait sans doute jamais pu imaginer.

Le grand attrait de l’exposition est qu’elle nous montre les aspects de la vie traditionnelle au Japon : on découvre un univers peuplé de geishas aux costumes chamarrés, de paysages inconnus parsemés de temples bouddhistes, qui nous permettent de nous projeter dans la réalité quotidienne du Japon du XIXe siècle. Quel meilleur medium que l’image pour saisir les coutumes et les modes de vie d’une époque donnée ? Les œuvres de Hokusai sont d’une esthétique simple et pourtant extrêmement raffinée. Par le biais des estampes ukiyo-e, l’artiste exprime toute une philosophie de vivre, par la simple observation de la nature. L’artiste parvient à s’approprier tous les sujets qu’il représente pour en faire ressortir le caractère essentiel, créant ainsi des œuvres intemporelles et dont la justesse ne sera jamais démentie. Le maître était réputé exigeant, opiniâtre et perfectionniste.

D’après les témoignages de l’époque, il aurait affirmé sur son lit de mort que s’il avait pu vivre dix ans de plus, il serait devenu un vrai artiste. Cette rétrospective permet d’avoir une vision très complète de l’œuvre monumentale de Hokusai. Je ne peux que vous recommander de voir cette exposition qui nous présente un artiste qu’on peut, sans conteste, qualifier d’authentique génie.

Alicja Zaborska.