Taken 3 : La boucle est bouclée !

Pourquoi s’acharner quand seul le premier était vraiment plaisant à regarder ?

Note : ✭✭✩✩✩

Taken

Cette semaine Silver a vu pour vous Taken 3. Ce 3e et dernier volet clôture la trilogie. Après un premier volet se déroulant dans les rues de Paris, un deuxième à Istanbul, dans ce dernier film notre héros Bryan Mills, incarné par Liam Neeson reste cette fois chez lui à Los Angeles.

Après avoir réussi à sauver sa fille de la mafia albanaise à Paris et à éviter leur vengeance à Istanbul, Bryan Mills ex agent de la CIA est aujourd’hui accusé d’avoir tué sa femme.

On pourrait parler de l’intrigue et de ses incohérences, puisqu’on remarque que les cascades ne sont pas faites par Liam Neeson. Ce dernier ne voulait d’ailleurs pas signer pour le troisième film, et il n’aurait peut être pas du accepter parce que le rendu final reste assez peu convaincant et nous arrache quelques rires. Car oui les certaines scènes d’actions sont dignes d’une parodie ! Comment peut on trouver crédible le fait que Bryan Mills échappe à une voiture en courant ? Comment accepter une course poursuite de 10 minutes complètement abracadabrante où la voiture finit par exploser dans une cage d’ascenseur ? De plus, comment Bryan Mills peut-il tuer une dizaine de personne avec un simple pistolet face aux autres qui lui tirent dessus avec des Kalachnikov : tuer tout le monde tout en se prenant seulement une balle dans le flanc pour ensuite retourner faire une course après un jet privé. Tout ça sans montrer le moindre signe de douleur…

La théorie la plus probable serait qu’ils aient oublié le fait que le personnage se soit fait tirer dessus parce que c’est sa fille qui nous le rappelle à la fin en lui disant « tu es blessé ». Le bon jeu de Liam Neeson ne peut pas tout arranger, il ne peut pas à lui seul changer un scénario bâclé et des scènes d’actions plus qu’absurdes.

Mais dans un sens on ne peut pas reprocher à toute l’équipe du film d’avoir donné aux spectateurs ce qu’ils veulent : des coups de feu qui partent dans tous les sens, des voitures qui volent et des avions qui s’écrasent. Si on y ajoute les vieux amants qui se remettent ensemble et un papa fou de sa fille en plus de quelques bons gros clichés de méchants russes avec un accent à couper au couteau, des tatouages partout et surtout bien cruel puis quelques rebondissements un peu absurde pour « surprendre » tout le monde : On obtient le cocktail parfait pour un film tout ce qu’il y a de plus commercial où la réflexion n’est pas au rendez vous.

 Ce troisième volet clôture seulement la saga sans grand retournement de situation. On pourrait même se dire : ils ont fait un 3 seulement pour boucler la boucle car tout est bâclé.

Incontestablement, sans de bons acteurs, ce film aurait été un des plus gros fiasco en terme de film d’action : le genre de film que l’on pourrait ranger avec les parodies. Mais les acteurs réussissent à peu près à ce que le film tienne la route.

Noémie Gabrielli