E-fashion Awards 2015 : Les bienfaits du piratage de la Mode.


Mercredi 10 juin, Silver a assisté au défilé des finalistes des E-Fashion Awards, concours international regroupant des étudiants présentant leurs visions de la mode en rapport avec les nouvelles technologies. Cette année, le palmarès de chaque candidat fut analysé et jugé par un jury d’influence dans le milieu de la Mode. Cette édition 2015 était orientée autour du thème des « Hackers de la Mode »

A sa tête, Alexis Mabille, créateur Haute Couture reconnaissable à ses nœuds papillon, aujourd’hui membre permanent de la Chambre Syndicale de la Haute Couture et qui a notamment travaillé aux côtés d’Hedi Slimane.
Également Ali Mahdavi (photographe, réalisateur, directeur artistique et plasticien), artiste sincère vouant un culte à la beauté et à la séduction ; Cécilia Gabizon, rédactrice en chef de MadameFigaro.fr et Joffrey Mongin, lauréat de l’édition 2014.

La rédaction vous invite à découvrir les gagnants des E-Fashions Awards, mais aussi sa sélection personnelle !

Par Victor Manciet.


EP9A5432

Ce fut le rendez-vous des 10 finalistes des Hackers de la Mode, au Salon des Miroirs. Et malgré des prestations très intéressantes, la déception a pris le pas sur la surprise à l’annonce de la grande gagnante, Karen Topacio, suivie des frères Munoz. Non que la rédaction se permette de contredire un classement hautement cousu par des experts reconnus… Mais son point de vue diverge un peu (beaucoup).

Et pourtant… l’étude de leurs travaux antérieurs aux E-Fashion Awards ont parfois su témoigner d’un certain talent. Mais ici, avec Karen Topacio, où était la poésie ? A la place on voit des tenues qui sont certes inspirées du thème, mais loin d’une belle conception des nouvelles technologies… On réduit le futur à des panneaux effeuillés collants à la peau, recouvrant de trop le corps de la femme ; ou à des écrans minimalistes qui prennent le pas sur nos vies, sur nos vêtements. Ainsi le futur est vu par Karen Topacio et les frères Munoz. Triste critique car ils auraient pu faire bien mieux. Le concept du Hackers de la Mode ne se limite pas à une vision stéréotypée de la chose, comme ils en ont eux-même fait preuve.


EP9A5890

Le coup de coeur de la rédaction place Tianhong Caminel, lauréate de ses E-Fashion Awards 2015. Avec une robe intitulée « reflet du soleil sur la rivière » ou un bustier nommé « mosaïque et constellations », on entre dans un univers rempli de poésie, de beauté… La styliste rend un réel hommage à la nature, en jouant sur les reliefs de ses créations. La lumière si propice à la présentation de sa petite collection, des couleurs qui font rêver, et une belle perspective de l’avenir de la Mode alliée aux nouvelles technologies de conception des tissus.

Tout est question de piratage de la nature et de l’architecture au profit du beau, et de la Mode… 

IMG_4901 IMG_4903

IMG_4905


387348_2497086302479_320697329_n

En deuxième position de notre classement, la rédaction vous présente Quang Huy Nguyen. Originaire du Viet-Nam et arrivé en France il y a cinq ans, il s’est présenté à la finale de ce concours très intimidé par ses concurrents. La majorité ayant une formation de mode haute gamme il a eu peur que son travail ne soit pas à la hauteur et pourtant Nguyen a conquis le cœur du public. Se basant sur l’informatique et tout ce que cela implique il a notamment interprété sa notion de réseau et d’interactions entre les humains. Il nous a également proposé une robe composée de plusieurs petites radiographies reprenant l’idée que le scanner permet de voir le plus intime de l’humain souvent dissimulé à cause des conventions de la société actuelle. Selon lui, l’idée est basée sur le concept d’emboitements, les liens, les connexions d’objets, de matières, et même les humains. Les humains qui, à l’origine, sont liés par le cordon ombilical, par le sang, la peau. Le corps intérieur qui peut être visionné par les radiographie, renvoie à l’image de soi-même, mais c’est un squelette, en extérieur, faisant apparaitre le négatif à côté du positif.

11334581_453710488142640_1311940011_n CHKMEXfW0AE7reb

 

11380769_439150832926555_479084931_n


EP9A5792

Enfin, à la troisième place de notre podium : Simone Simon. Autodidacte et architecte, elle est passionnée de mode depuis très jeune mais réellement entrée dans le métier depuis seulement un an. Son travail s’oriente autour d’un hacking de la marinière. Remodeler la silhouette en jouant sur le graphisme, tel est son objectif. Dans cette relation entre architecture et mode, elle tire son inspiration de la disposition des planchers, ou bien du trompe l’oeil, avec un joli clin d’oeil à la Maison Balmain. Selon elle, un hacker est un virtuose, qui arrive à détourner des données parce qu’il arrive à les maitriser totalement. Un hacker de mode doit pouvoir jouer avec ce qui existe, le détourner, le transformer pour en faire autre chose, quelque chose de nouveau.

IMG_4922 IMG_4923

Copyright photos : E-Fashion Awards 2015.