Jurassic Park peine à renaître de ses cendres…


A l’annonce de la sortie de Jurassic World, la rédaction de Silver s’est réjouie de pouvoir retomber dans l’univers de Jurassic Park durant deux heures dans une salle de cinema.

Par Noémie Gabrielli


jurassic-world-à-Tarbes

L’absence de Steven Spielberg n’a étonné personne puisqu’il n’avait réalisé que les deux premiers volets et laissé le troisième entre les mains de Joe Johnston. Aujourd’hui c’est Colin Trevorrow qui prend la relève. Et malheureusement on sent que le réalisateur peine à reprendre le flambeau. On assiste néanmoins à un cinema grand spectacle.

Aujourd’hui, c’est l’Inominus Rex, espèce génétiquement modifiée crée par l’homme qui remplace notre bon vieux T-Rex si sanguinaire. L’histoire se passe en 2015, où Jurassic World, le nouveau parc à thème s’élève sur les ruines de Jurassic Park. Jusque là rien de très innovant. On nous présente l’Inominus Rex qui va réussir à s’échapper grâce à son intelligence supérieure. Aucune surprise quant à ce qu’il va se passer… L’histoire s’arrête là.

Malheureusement, le scénario rappelle beaucoup le premier volet, surtout avec la réutilisation des enfants, comme protagonistes en danger. Avec tous les scénaristes de génie présents sur cette terre, pourquoi refaire à peu près le même scénario alors que l’on peut innover autant que le premier volet l’a fait ? Parce que dans le film, il n’y aucune surprise, on sait qui meurt en premier et qui ne mourra pas. En revanche le chouchou des français, Omar Sy s’en sort contre toutes attentes. Le reste de l’histoire est un ramassis de niaiseries sans grand intérêt, on a encore de la soupe comme sait si bien le faire la production américaine.

Mais si on va voir Jurassic World, ce n’est pas pour avoir une grande histoire profonde qui pousse à réfléchir, mais pour en avoir plein la vue. Et effectivement les effets spéciaux sont réellement spectaculaires quoique la 3D ne soit pas très utile, si ce n’est donner un mal de crâne à la sortie. Pourtant les dinosaures sont très réalistes et ne donnent pas un effet « kitch » au film ; les décors sont tout aussi grandioses et on s’attache tout particulièrement aux « raptors » qui finalement sont si bien faits avec une attitude telle qu’on pourrait presque les trouver mignons. Le seul hic est la réutilisation un peu excessive du même plan où l’Inominus cherche à manger quelqu’un qui est caché derrière une voiture.

Quoiqu’il en soit les effets spéciaux spectaculaires sont le seul avantage du film. Et ils sont si incroyables que l’on en vient à se demander si tout le budget du film n’est pas passé dedans, car le scénario est assez banal et les acteurs ne sortent pas de l’ordinaire. On espère qu’ils feront mieux la prochaine fois. Ils ont tout de même gardé une bonne surprise pour la fin : le T-Rex qui nous montre qu’il sera toujours le roi de l’île par son caractère « Badass », comme on dirait de nos jours.


Morale des 4 volets Jurassic : ne tentez jamais de cloner des dinosaures, si vous ne pouvez pas vous empêcher de le faire, évitez d’en créer un. Et si malgré tout ça un parc à thème ouvre sur une île, n’y allez jamais, contentez vous de revoir la saga !

Juste pour les effets speciaux les raptors et le T Rex la note sera de : ★★★☆☆