Paris Fashion Week : Les contrées lointaines de Ole Yde


Silver Magazine revient sur la Paris Fashion Week qui s’est achevée ce mercredi 7 octobre. Nous ne vous parlerons pas du  « Chanel Airport » ou de « la colline de Dior », mais de quelques créateurs qui, peut-être par désintérêt quant à la scénographie, ont mis toute leur créativité et leur génie dans la collection qu’ils présentaient. « Pas de chichi » comme on dit, notre regard se pose sur le runway, non sur le décor !

Faisons de l’anti-chronologie : hier, Ole Yde notre Danois préféré a présenté sa collection de Prêt-à-porter SS16. D’ordinaire inspiré par celles ou ce qui a fait la grandeur ou la décadence d’une période, Yde ne choisit  pas de Callas, ou d’altesse royale pour cette fois, car l’exotisme est le mot d’ordre pour ce printemps / été 2016. 

Par Victor Manciet. 


yde_lb_ss16_011 yde_lb_ss16_008

Mousseline de soie, crêpe, organza, cuire et imprimés, c’est à travers ces différentes matières que Ole Yde s’emploie à présenter un univers de poésie, loin de l’idée de la « jungle urbaine », prise et reprise tant de fois. Le créateur utilise une gamme chromatique qui n’a pas été choisie au hasard : du jaune moutarde ou sale, du bleu électrique et quelques reliefs de noir.

yde_lb_ss16_017 yde_lb_ss16_018

Une collection certes poétique, qui n’est pourtant pas aux antipodes d’un « parfum exotique ». Le climat sec et humide est représenté à la perfection grâce au choix de ces couleurs. Mais ce n’est pas sans esprit que Yde s’emploie à jouer avec la volupté féminine en mettant en valeur une taille marquée, un beau contour de gorge ou la fluidité de la démarche se liant au vêtement.

yde_lb_ss16_032 yde_lb_ss16_030

Toute l’image d’une femme, dans son temps, imprégnée de la pluriculture qui compose notre société actuelle. Une belle évasion, mariant féminité et affirmation.
Voilà une conception de la mode à laquelle nous ne pouvons être insensible…