PFW // Les petites poupées de Yohann Fayolle


Lors de sa présentation, on ne voit que très peu, mais il fallait y réfléchir. Une femme urbaine, à l’aube de son ascension, certes. Et après ? Fayolle nous emmène peut-être un peu trop loin, si l’on y pense. Un rapport entre soumission et domination féminine se fait comprendre au travers des tours de cou en cuir. La dentelle dévoile quelque peu trop ce qu’elle voudrait garder pour soi. Dans cette collection, on sent l’intrusion du créateur dans l’intimité féminine, au delà des convenances. Bien ou mal ? Ni l’un, ni l’autre depuis que l’auteur a bien su jongler avec les codes de la mode urbaine-chic, avec les matières, ainsi qu’avec les besoins sociologiques (bien que peu-être un peu vulgarisés).
Il fait ainsi défilé de vraies petites poupées, enfermées soit dans un col de cuir, soit derrière un grillage de dentelle, ou bien exposées à découvert.

Par Victor Manciet


fayolle-rs17-3870 fayolle-rs17-3961

fayolle-rs17-4028 fayolle-rs17-4110